Actualités

MALADIES GÉNÉTIQUES

1. Définition:

Maladie résultant de l'altération d'un ou plusieurs gènes. Les maladies génétiques se caractérisent par la possibilité de leur transmission à la descendance de l'individu touché (transmission verticale).
Il existe des maladies monogéniques, c'est-à-dire qui sont associées au dysfonctionnement d'un gène particulier. Certaines d'entre elles sont liées à un allèle dominant et se retrouvent donc chez tous les descendants d'un individu atteint; d'autres maladies sont associées à un allèle récessif, qui peut être transmis à la descendance, sans que les symptômes n'apparaissent tant que l'allèle "sain" est porté par le chromosome de l'autre parent. Par ailleurs, certaines maladies génétiques ne se déclarent qu'à partir d'un certain âge. Les tests de dépistage de certaines maladies génétiques sont rendues possibles par les progrès de la biologie moléculaire. Ils sont pratiqués en particulier pour les diagnostics pré-implantatoires effectués lors des fécondations in vitro, ou par amniocentèse.

LA MUCOVISCIDOSE : UNE MALADIE AUTOSOMIQUE RÉCESSIVE
 Description: c'est la maladie génétique la plus fréquente dans les populations occidentales (1 nouveau-né sur 4000 environ). En France, le dépistage néonatal généralisé permet le diagnostic de plus de 95% des cas depuis 2002.
Symptômes: la mucoviscidose est une maladie qui touche les voies respiratoires et le système digestif. Les principaux symptômes sont des encombrements bronchiques, des infections respiratoires, des problèmes digestifs et une stérilité masculine. Une dérégulation du transport de chlore dans les cellules entraîne une augmentation de la viscosité du mucus : celui-ci vient s'accumuler dans les voies respiratoires et digestives, ce qui provoque les symptômes.
Origine génétique: la mucoviscidose est une maladie autosomique récessive, donc transmise par les deux parents à la fois. Elle est causée par une mutation des deux copies du gène CFTR, situé sur le chromosome 7. Les parents d'un enfant atteint sont porteurs d'une seule mutation, sans conséquence pour leur propre santé. Mais chacun de leurs enfants a une probabilité de 1 sur 4 d'hériter des deux mutations parentales et donc d'être atteint de la maladie.

LA NEUROFIBROMATOSE DE TYPE 1 : UNE MALADIE DOMINANTE
Description: il existe différents types de neurofibromatose. Celle de type 1 est la plus courante et touche environ 1 personne sur 4 000.
Symptômes: les manifestations cliniques sont très variables d'une personne à l'autre, même au sein d'une même famille. Les manifestations cutanées type « tache café-au-lait » (taches sombres sur la peau) sont les plus fréquentes. Parmi les autres symptômes possibles, on trouve des tumeurs bénignes de tailles variables (appelées neurofibromes), plus ou moins invalidantes, situées le long des nerfs ou sur la peau. Une petite proportion des malades est concernée par des complications graves, essentiellement des tumeurs malignes.
Origine génétique: la neurofibromatose est une maladie autosomique dominante, ce qui signifie que même si un seul des deux allèles du gène est muté, la personne est malade. Le risque pour une personne de transmettre la maladie à son enfant est de 1 sur 2. Il existe un taux élevé de mutations spontanées (mutation de novo) : ainsi, dans la moitié des cas, la neurofibromatose de type 1 apparait sans aucun antécédent familial (ni le père, ni la mère ne sont malades). Le gène en cause est le gène NF1 situés sur le chromosome 17.

LA TRISOMIE 21 : UNE MALADIE CHROMOSOMIQUE
 Description: également appelée syndrome de Down, la trisomie 21 résulte d'une anomalie chromosomique.
Symptômes: la trisomie 21 a pour conséquences habituelles une déficience intellectuelle variable, un aspect caractéristique du visage (qui n'empêche pas l'enfant d'avoir des traits de ressemblance avec ses parents), ; une diminution du tonus musculaire, des malformations d'importance variable le plus souvent du cœur ou de l'appareil digestif.
Origine génétique: la trisomie 21 résulte d'une anomalie chromosomique provoquée par la présence d'un troisième exemplaire (complet ou partiel) du chromosome 21. Elle survient sans aucun antécédent familial dans la grande majorité des cas, souvent en lien avec un âge maternel élevé.

L'HÉMOPHILIE : UNE MALADIE LIÉE AU CHROMOSOME X
 Description: l'hémophilie touche essentiellement les garçons (environ 1/5000). C'est une maladie hémorragique héréditaire due à l'absence ou au déficit d'un facteur de coagulation.
Symptômes: l'hémophilie est à l'origine de saignements spontanés ou consécutifs à des traumatismes, même mineurs. Les saignements articulaires (hémarthroses) sont responsables de douleurs et peuvent aboutir à une destruction de l'articulation.
Origine génétique: le gène de l'hémophilie est situé sur le chromosome X, ce qui explique le mode de transmission : seuls les garçons sont touchés car ils ne possèdent qu'un seul chromosome X, les femmes porteuses de la mutation n'étant que conductrices. Une femme conductrice peut transmettre son anomalie génétique avec une probabilité de 1 sur 2 à chacun de ses enfants : un garçon sur deux sera atteint, une fille sur deux sera conductrice.

LES MYOPATHIES
 Description: les myopathies constituent un ensemble de maladies neuromusculaires dont la plus connue est la myopathie de Duchenne (1 nouveau-né de sexe masculin sur 3300). Mais il en existe beaucoup d'autres, d'expression et de transmission variables.
Symptômes: les symptômes varient dans leurs manifestations et leur intensité en fonction du type de myopathie. Généralement, ces maladies se traduisent par une faiblesse musculaire généralisée. Cela provoque souvent des problèmes cardiaques et respiratoires.
Origine génétique: chaque type de myopathie correspond à une protéine déficiente différente, jouant un rôle dans la fabrication et le fonctionnement des muscles ou dans la jonction entre muscles et nerfs. Il existe environ une centaine de gènes différents en cause dans les myopathies : certains sont liés au chromosome X, d'autres sont à transmission autosomique récessive ou dominante.

LA DRÉPANOCYTOSE
 Description: La drépanocytose est une maladie génétique du sang qui affecte plus particulièrement les populations d'origine africaine, environ 50 millions de personnes dans le monde.
Elle se caractérise par une anomalie de l'hémoglobine, contenue par les globules rouges, qui assure le transport de l'oxygène vers les tissus. L'hémoglobine anormale va entraîner une déformation et une rigidité anormale de ces globules.
Symptômes: les globules rouges anormaux sont détruits en excès, ce qui est source d'anémie chronique. De plus, ils ont tendance à s'agréger et obstruer les vaisseaux sanguins. Ces « crises vaso-occlusives » sont douloureuses et sources d'infections.
Origine génétique: la drépanocytose est une maladie autosomique récessive : la personne n'est malade que si elle porte les deux copies mutées du gène HBB. Il se situe sur la paire de chromosomes 11 et est en charge de coder l'un des constituants de l'hémoglobine. Si les parents d'un enfant atteint sont porteurs d'une seule mutation, chacun de leurs enfants a une probabilité de 1 sur 4 d'hériter des deux mutations parentales et donc d'être atteint de la maladie.

2. Comment guérir les maladies génétiques ?

a) la thérapie génique
Elle consiste en la correction du gène défaillant ou son remplacement par un gène correct.
Ex: pour la mucoviscidose, elle consisterait à administrer en spray un virus contenant le gène corrigé.
Rem:
  • 1. cette méthode ne pourrait guérir que la personne traitée mais elle transmettrait toujours le gène défaillant responsable de la maladie.
  • 2. cette méthode servirait également dans la lutte contre les cellules cancéreuses: en envoyant dans ces cellules un virus dans lequel on a introduit le gène d'une substance anti-cancéreuse tel l'interleukine qui serait ainsi fabriqué par la cellule cancéreuse elle-même et qui servirait à sa destruction.


b) le diagnostic pré-implantatoire
Après une fécondation in vitro et l'obtention de nombreux embryons, on élimine les embryons porteurs de maladie génétique et on ne réimplante que des embryons sains (du p.d.v. de la maladie génétique suspectée).
Rem:
  • 1. Comme il n'y a pas de lien affectif entre l'embryon et la mère, le risque de dérive génétique (refuser un embryon parce qu'on suspecte un risque d'asthme par exemple) existe; d'autant plus que le nombre de gènes connus ne cesse d'augmenter.
  • 2. Cette technique destinée uniquement aux couples porteurs de maladie génétique risquerait d'être utilisée pour d'autres personnes (voir les dérives de la F.I.V. [femme de 62 ans se faisant inséminer avec le sperme de son mari décédé il y a 10 ans])

c) le diagnostic anté-natal

Il consiste en l'analyse de quelques cellules du foetus (par ponction amniotique par ex.) pour déterminer la présence d'une maladie génétique suspectée (antécédants familiaux). Si la maladie se confirme, on propose l'avortement.
Rem:
  • 1. Ce diagnostic anté-natal ne sait se faire avant la 10 ou 15ème semaines de grossesse.
  • 2. Le risque de dérive génétique est moindre car le lien affectif existe mais la solution en cas de maladie confirmée est plus pénible pour la femme.

Aucun commentaire