Actualités

Qu'est-ce que le tabagisme ?


Chiffres et statistiques

En 2009, le tabagisme passif a entrainé près de 600.000 décès dans le monde*  dont 70% dans les pays en voie de développement (OMS).

Le tabagisme est une toxicomanie qui pose actuellement un grand problème en santé publique à cause des dangers que procurent les composantes du tabac aussi bien pour le fumeur que pour son entourage.
La France compte plus de 14 millions de personnes fumeurs, avec une forte proportion féminine par rapport aux hommes (OMS, INPES). Le tabagisme constitue l’une des principales causes de mortalité en France.

*sources : Who report on the global tobacco epidemic, 2009

Les principales composantes du tabac

Une substance psycho active (qui cible le cerveau) entraînant une accoutumance. Stimule l’organisme en augmentant la sécrétion d’adrénaline induisant plaisir et détente
Nicotine:
Effets sur l’organisme
Diminue l’appétit
Augmente la pression artérielle
Augmente la fréquence cardiaque
Entraîne une forte augmentation d’adrénaline
Des composants hautement cancérigènes qui se libèrent lorsque le tabac est brûlé
Les goudrons (benzène, hydrocarbures…) :
Effets sur l’organisme
Se collent au niveau des muqueuses buccales, et des muqueuses des bronches

Le monoxyde de carbone (CO) : substance contenue également dans la fumée de tabac (le même produit que dans les gaz d’échappement des voitures).
Effets sur l’organismeDiminue l’apport d’oxygène par le sang et entraîne un essoufflement (par asphyxie ou hypoxie) et un grand risque de maladies cardio-vasculaires
De nombreux autres produits irritants et toxiques
Ammoniac :
Effets sur l’organisme
Augmente les effets nocifs de la nicotine sur la santé
Donne un effet de dépendance

Arsenic, cyanure d’hydrogène :
Effets sur l’organisme
A des effets toxiques pour le foie

Acétone :
Effets sur l’organisme
A des effets toxiques pour le système nerveux

Toluène, acide nitrique, acide chlorhydrique, acide cyanhydrique, phénols :
Effets sur l’organisme
Irrite les fosses nasales, la bouche, le pharynx, le larynx et les bronches et plusieurs autres organes.

Formaldéhyde, Polonium 210, Naphtalène, DDT, Cadmium, Nitrosonomicotine :
Effets sur l’organisme
Sont tous des produits qui provoquent le cancer, ils sont difficilement éliminés par l’organisme
Ainsi que des arômes ou des additifs

Toxicité du tabagisme passif

Lorsqu’une cigarette est brûlée, il se dégage:
un courant principal : c’est la fumée inhalé directement par le consommateur

un courant secondaire : c’est la fumée propagée dans l’atmosphère et qui s’échappe latéralement de la cigarette. Ce courant est plus riche en monoxyde de carbone, en benzène, en nitrosamine et en produits irritants surtout l’ammoniac. Ceci explique alors la multiplicité des maladies engendrées par le tabagisme passif sur l’entourage d’un fumeur.

un courant tertiaire : c’est la fumée que le fumeur rejette sur son entourage lors de sa consommation.

Tabagisme passif et santé

L’effet cumulé au cours d’une exposition prolongée de toutes les substances nocives de la fumée de tabac est dangereux pour la santé.
Chez l’adulte, les personnes âgées ainsi que les personnes ayant une maladie sous-jacente sont plus vulnérables à la toxicité du tabagisme passif car leur immunité et leur résistance est affaiblie. Le tabagisme aggrave les maladies de par la toxicité des substances du tabac sur plusieurs organes. Ainsi les maladies cardio-vasculaires et les maladies pulmonaires sont les plus fréquentes.
Chez l’enfant, la fumée engendre une pollution de l’air atmosphérique. Les substances nocives et irritantes de la fumée peuvent provoquer :
- Des maladies respiratoires : bronchitesasthme.
- Des maladies de la sphère ORL avec un risque accru d’otiterhinopharyngite.
- Des maladies bucco-dentaires avec une augmentation de la fréquence des caries des dents de lait.
Le nourrisson exposé à un tabagisme passif peut également souffrir de maladies respiratoires notamment labronchiolite et l’asthme. Les morts subites sont également fréquentes par altération de la fonction respiratoire (hypoxie prolongée) et de la fonction cardiaque (accélération prolongée de la fréquence cardiaque sous l’effet de lanicotine).

La dépendance

La dépendance chez les jeunes débute souvent par :
Une phase d’initiation qui définit les conditions de premier contact avec le tabac faisant intervenir la pression sociale (affirmation de soi, violation des interdits, idée d’émancipation), les circonstances (lieux et fréquentations, parents ou idoles tabagiques).Ce qui deviendra alors une habitude et un réflexe.

Une phase de tolérance avec apparition des différentes sensations de plaisir engendrées par la consommation du tabac.

Une phase de dépendance physique à la nicotine.
Par ailleurs, les industries de tabac, à la conquête permanente de clients et de consommateurs, actuellement ciblent de plus en plus les jeunes. Les adolescents sont des clients potentiels et faciles à conquérir.
La majorité des adolescents prennent leur première cigarette vers l’âge de 13 ans et les filles sont de plus en plus impliquées.

La dépendance psychique ou psychologique

La dépendance psychique est due aux sensations de plaisir et de satisfaction procurée par la nicotine sur le cerveau. Ce phénomène entraîne alors unedemande accrue et permanente par l’organisme des effets du tabac. L’installation de cette dépendance psychique n’est pas la même pour tous les fumeurs. Cependant, l’effet de la nicotine sur le cerveau est rapide et le mécanisme de dépendance peut être initié au cours des premières consommations.

La dépendance physique

La dépendance physique est également due à l’effet de la nicotine sur l’organisme. Les sensations de plaisirde détente et de satisfaction stimulent le cerveau et conduisent à une demande accrue en tabac. En cas d’absence du produit ou d’une dose insuffisante, l’organisme réagit et plusieurs signes apparaissent. Ces signes constituent le « syndrome de manque ».

Mécanisme d’installation de la dépendance

Le mécanisme d’installation de la dépendance se fait suivant un circuit dans le système de récompense du cerveau. Il s’agit d’un mécanisme biologique faisant intervenir des neurotransmetteurs sécrétés par le cerveau.

Le syndrome de manque

Dans le tabagisme, l’organisme s’est habitué à une dose/seuil de nicotine. Le syndrome de manque est un ensemble de signes et de sensations de malaise ressenties par le fumeur lorsque cet apport en nicotine diminue. Ces signes varient selon l’individu mais les plus constants sont :
- L’anxiété, l’irritabilité et la nervosité. Le sujet se sent frustré et a de grandes difficultés à gérer son stress et son angoisse.
- L’envie irrésistible de fumer.
- La perturbation du sommeil mais avec une augmentation de l’appétit avec sensation de faim fréquente.
- La modification de la concentration par diminution de la stimulation intellectuelle. En effet, la capacité de l’individu est devenue dépendante et ne réagit que sous l’effet stimulant de la nicotine.



Aucun commentaire